Handicap au travail : les employeurs peu au fait de leurs obligations

Handicap au travail : les employeurs peu au fait de leurs obligations. Selon un baromètre réalisé par l'institut Kantar TNS pour le Club Etre à l'occasion du Salon du handicap qui ouvre ses portes ce lundi, une entreprise sur quatre déclare ne pas connaître les implications de ce texte. Celui-ci a maintenu les obligations d'emploi à 6 % de salariés en situation de handicap pour les entreprises de plus 20 salariés et a prévu des sanctions plus strictes pour celles qui dérogent à cette obligation, notamment l'augmentation de la contribution à l'Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des handicapés).

Le plus délicat pour les décideurs interrogés est d'arriver à trouver des candidats ayant les compétences atten dues. Mais le manque de moyens humains dans l'entreprise pour traiter ce sujet est jugé comme un frein important par 71 % d'entre eux. Pourtant 76 % des sondés estiment que s'investir sur le sujet améliore la solidarité au sein de leur entreprise, et renforce le sentiment d'attachement des salariés (54 %). Pour un décideur sur quatre, la politique handicap contribue même à l'amélioration des performances de l'entreprise. Enfin, les entreprises interrogées demandent prioritairement une simplification des démarches administratives et un assouplissement du cadre légal. Elles devraient être en partie exaucées, affirme LES ECHOS (page 4), puisque la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a prévu de simplifier au minimum la déclaration d'emploi. Une disposition qui doit êtr e prise dans le cadre de la loi Pacte de Bruno Le Maire, précise le quotidien.

Sujets similaires

Communication Medef du 21 septembre 2017

Code du travail : ce que disent les DRH de la réforme. Ce n'est ni « la révolution copernicienne » vantée par le gouvernement ni « la casse sociale » que dénoncent certains syndicats. Voilà le message qu'a fait passer mercredi le président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), Jean-Paul Charlez, en présentant un sondage réalisé auprès de ses membres sur les ordonnances réformant le Code du travail, dont la version définitive sera présentée ce vendredi en Conseil des ministres.

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).