Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Cybersécurité : deux entreprises témoignent

Pas facile d’obtenir des informations sur les entreprises de Lorraine piratées, ou objet de cyberattaques. Et pour cause : elles tiennent, en général secrète cette information pour ne pas effrayer les clients. Mais la réalité est là, et elle n’a rien de rassurant. « Le nombre de cyberattaques est en très forte hausse ces derniers mois » témoigne Gilles Caumont, de la société Adista. « Surtout, on assiste aujourd’hui à des attaques davantage ciblées qu’autrefois où les tentatives pouvaient être un peu à l’aveugle ».

Spécialisée (entre autres) dans la cybersécurité, la société nancéeienne rappelle souvent les messages de précaution fondamentaux à respecter : ne pas ouvrir de pièce jointe en cas de doute, faire des mises à jour pour fermer les portes des intrusions extérieures et assurer les sauvegardes. Mais cela n’empêche qu’en Lorraine comme ailleurs les « ransonware » (demandes de rançon) ont explosé, réclamant le versement de sommes de 200 à… 30.000 dollars en échange d’une « clé » (NDLR : chaîne de caractères), « qui ne sera pour autant nullement une garantie de non-agression future », dit Gilles Caumont. Selon certaines sources, 10 % à 15 % des entreprises se soumettent à cette rançon.

Pourtant, des moyens de protection existent à différents niveaux, rappelle René Fuhrmann, responsable de l’agence nancéienne de Cheops, « même si les agressions peuvent concerner toutes les entreprises, et de toutes tailles ».

À ses yeux « la quasi-totalité » des entreprises voire même des institutions sont menacées par les attaques malveillantes. Du « zero day » au « sand box » jusqu’à l’audit, les entreprises spécialisées offrent une large gamme de niveaux de protection. « Les profils d’ingénieurs en sécurité sont parfois difficiles à trouver en Lorraine, d’autant qu’ils sont souvent happés par le marché de l’emploi au Luxembourg », déplore René Fuhrmann.

L’enjeu n’est pas de savoir si un incident aura lieu mais quand. Depuis fin août, la France est tout particulièrement visée. La Lorraine n’échappe pas à cette vague de cyberattaques. Les entreprises doivent se protéger.

 

La première grosse vague d’attaques a eu lieu fin août piégeant de nombreuses structures. Parmi elles, La maison de l’entreprise à Maxéville près de Nancy, là où est hébergé le Medef 54. Depuis un mois, les attaques se sont encore renforcées. Ce qui fait de la France un des pays actuellement les plus attaqués d’Europe. Locky, ce malware demandeur de rançons est souvent cité. Un hôpital à Lyon, et d’autres en France, auraient perdu des données. « Nos services informatiques sont sur les dents. De nouveaux virus circulent », témoigne Géraldine Bucci-Scholler de chez SOS Seniors, un groupe qui gère une quarantaine de maisons de retraite en Lorraine, dont le siège est à Metz. Une cyberattaque, Géraldine l’a vécu en direct en mars dernier. « J’ai cliqué sur une facture adressée à l’entreprise. Rien que du très normal. » Un leurre. « D’abord, un grand blanc, puis, tous les fichiers de mon bureau disparaissaient les uns derrière les autres. J’en avais les larmes aux yeux. » Un message, en anglais, demandait une rançon de 500 $ à verser dans les trois jours pour tout récupérer.

Payer la rançon pour récupérer les fichiers

Dans ce cas, ne surtout pas tenter de camoufler. Chez SOS Seniors, le service informatique est conséquent compte tenu des données médicales à protéger. « Comme j’interviens quotidiennement sur Facebook, YouTube, etc, j’ai désormais droit à un serveur indépendant. » Mais les fichiers non sauvegardés sur le serveur ont été perdus.

Un exemple parmi combien ? Impossible de chiffrer. Les entreprises qui acceptent de témoigner – comme Rhin-Meuse la semaine dernière – sont celles qui se protègent. Celles qui payent la rançon pour récupérer leurs fichiers – les cybercriminels conservent un certain sens de l’honnêteté – camouflent la chose comme une maladie honteuse. Ce n’est qu’après la catastrophe ou en plein incendie qu’elles font appel à des sociétés spécialisées pour se protéger.

La France est le premier pays au monde à avoir inscrit la cybersécurité dans sa loi et créé une norme (ITEC 62443) garantissant une sécurité certaine. « Une norme intéressante si on exporte », commente Jean-Pierre Hauet, président ISA-France, qui a participé à sa mise au point. Par « intéressant », entendez « indispensable » même si elle ne sera jamais imparable. Bizarrement, les chefs d’entreprise ne semblent pas très concernés par le problème. Presque inconscients.

Pourtant, dans les cercles très fermés, il se dit qu’énormément de start-up françaises se font piller leurs données par des multinationales. Car, si la plupart des attaques sont purement criminelles, les offensives économiques doivent être prises au sérieux. L’usine du futur et donc connectée, nos maisons et voitures connectées sont autant de portes ouvertes à toutes les attaques informatiques. « L’internet connecté est notre cauchemar », assène Philippe Wolf, de l’IRT-SystemX à Saclay, lors d’un séminaire cybersécurité au salon I-Novia à Strasbourg. L’homme fustige ces objets connectés bon marchés non sécurisés. « Un robot cible la vulnérabilité des caméras. Dès qu’il en regroupe 300 ou 500.000, il peut viser une adresse et tirer. C’est ce qui s’est passé avec le serveur OVH le mois dernier. »

 

Sujets similaires

SharePrint imprime sa marque

Installée depuis novembre 2013 sur près de 7 000 m2 sur le site Saint-Jacques II de Maxéville, la société SharePrint, nouvel étendard fédérateur et nouveau nom de Colin Frères Imprimeurs depuis janvier dernier, va fêter en 2016 ses cinquante ans d'impression made in Lorraine. Un demi-siècle d'impression où le média papier a toujours été le fer de lance du développement de l'entreprise familiale. Un support adapté aujourd'hui aux évolutions sociétales et technologiques du moment. Valeur ajoutée : la diversification technologique avec un parc de machines offset et numériques de dernière génération, qui demeurent les piliers de la société pilotée par les deux frères Gilles et Philippe Colin. Des savoir-faire reconnus à l'échelle hexagonale partagés au sein du réseau ImpriFrance, véritable laboratoire d'idées et outil prospectif pour l'impression de demain.

"Un imprimeur qui aujourd'hui ne fait que de l'impression est voué à disparaître." Gilles Colin, le directeur général et commercial de SharePrint (nouvelle dénomination de Colin Frères Imprimeurs depuis le début de l'année) est catégorique dans son analyse de l'avenir du secteur et on comprend mieux le changement de dénomination opéré en janvier dernier. "À la base, SharePrint était le nom d'une filiale de Colin Frères Imprimeurs spécialisée dans la logistique et qui est toujours ! Aujourd'hui, vu la diversification et la multiplicité de notre offre de services pour la conception et la réalisation d'outils de communication (de la plaquette, à la PLV en passant par l'objet publicitaire), nous avons souhaité regrouper le tout sous cette dénomination, disons plus dynamique."

Dans les quelque 7 000 m2 de locaux du site Saint-Jacques II de Maxéville, en lieu et place de feu l'imprimerie Jean Lamour (un imprimeur qui s'installe dans les locaux d'un ancien imprimeur, tout un symbole...), une machine offset UV dernière génération cohabite avec des presses numériques, " véritable avenir de la profession avec l'annonce prochaine de l'arrivée sur le marché de presse numérique de grands formats", ou encore une plieuse-colleuse "affichant une multifonctionnalité et une efficacité optimale pour toutes les idées de pliage et collage en papier et carton."

Ère de l'imprimé connecté

Cette mini-planète de l'univers de l'impression va fêter cette année ses cinquante ans d'existence. Trente-cinq collaborateurs y travaillent "en deux équipes et des astreintes le week-end, histoire de tenir les délais de livraison." Réactivité, souplesse et adaptation constante aux évolutions sociétales, SharePrint imprime sa marque et partage ses savoir-faire au sein du réseau ImpriFrance. Ce regroupement d'une soixantaine d'imprimeurs nationaux, à la base simple groupement d'achats, s'est rapidement mué en laboratoire d'idées et d'outils prospectifs. "Cela nous permet d'envisager l'avenir avec sérénité. Il y a beaucoup d'échanges et de mise en place de bonnes pratiques et d'entraide entre nous", explique celui qui est un des administrateurs du réseau (la dernière AG s'est d'ailleurs déroulée dans les locaux maxévillois).

"Notre objectif est commun, celui notamment de toujours promouvoir le papier et l'impression". Même si l'impact des technologies web est palpable, "le média papier demeure la base de tout". Le développement par SharePrint de l'application ONprint illustre cette complémentarité recherchée entre les différents supports de communication. "ONprint, c'est un imprimé connecté permettant d'obtenir, en flashant une image par exemple, un flux d'informations, un peu à l'image d'un QR Code mais à une dimension plus importante." Cette veille technologique est constante histoire de continuer à faire la différence sur ce marché de l'impression en perpétuelle évolution. Dans cet univers en mouvement, les Lorrains de chez SharePrint continuent leur révolution.

Mercier-David fête ses 30 ans

mercier davidMercier-David, fabricant et poseur de menuiseries PVC à Saint-Jacques II à Maxéville, souffle ses trente bougies cette année.
L’entreprise de 100 salariés est positionnée sur le haut de gamme et revendique leur fidélité au métier d’origine de l’entreprise : la menuiserie artisanale.
Ce positionnement sur ce créneau se traduit par une attention obsessionnelle à la qualité de la quincaillerie et l’obtention des meilleures performances nationales sur leurs fenêtres en résistance au vent, et  en imperméabilité à l’air et à l’eau.
L’entreprise va d’ailleurs au-delà de la décennale pour garantir gratuitement 10 ans l’intégralité de ses produits, déplacement pièces et main d’oeuvre.
L’entreprise, qui a vu le jour en 1987 avec 7 collaborateurs, quelques machines et une camionnette de location pour la pose des menuiseries, génère un chiffre d’affaires annuel de 15 millions d’euros.

L’afterwork des créateurs chez Alexis (Saint-Jacques II)

 

afterwork

Ce mardi 25 avril, Christelle Terrien, directrice de Pacelor (Alexis), a accueilli 25 créateurs à l’espace détente du nouveau pôle entrepreneurial d’Alexis pour le premier afterwork organisé sur site par Nathalie Pierrel, consultante en événementiel.

Ils sont issus de la couveuse d’entreprises, un dispositif qui permet au candidat créateur de sécuriser son projet en apprenant le métier de créateur. Ils bénéficient d’un accompagnement personnalisé mais aussi de modules collectifs d’une centaine d’heures de formation (cf reportage). Le dispositif leur permet aussi de tester leur marché avant immatriculation et il offre une aide au développement, à la gestion financière et un appui juridique.

La couveuse accueille 1 500 porteurs de projets chaque année, une centaine se retrouve en couveuse. Le taux de pérennité à 3 ans est de 90 %, assure la directrice qui vient de créer le premier pôle entrepreneurial d’Alexis (bureaux individuels, espace de coworking et de détente, salles de réunion et de services adaptés).

 

Concours trajectoires d'Alexis Lorraine

70 % des lauréats du concours Trajectoires d'Alexis Lorraine sont d'anciens demandeurs d'emploi. Créer son entreprise pour gérer son propre emploi et continuer à exister socialement, un signe des temps mis en avant à l'occasion de la remise des prix, le 25 novembre 2015 à l'hôtel de ville de Nancy.

"C'est un temps de respiration, une respiration bienvenue." Dixit Jacques Bachmann, le président d'Alexis Lorraine (structure d'accompagnement de créateur et de repreneur d'entreprise), en ouverture de la cérémonie de remise des prix du concours Trajectoires, le 25 novembre à Nancy. Une respiration apaisante à l'aune de l'actualité du moment. 101 dossiers ont été déposés pour la 16e édition du concours régional des créateurs d'entreprises. Une trentaine ont été sélectionnés et 17 lauréats mis en avant à l'occasion de ce moment où le microcosme entrepreneurial s'est quasiment senti comme une véritable famille. Palmarès de ce cru 2015

Les 17 lauréats

  • Sonelec Energies : créée par Solner Ilbas, la société basée à Flavigny-sur-Moselle est spécialisée dans l'électricité.
  • Tonnerre de Crêpes : créé par Véronique Reydel et Cyrielle Istin-Reydel, ce concept de restauration rapide piloté par un duo mère-fille est basé à Metz et pourrait prochainement gagner Nancy.
  • Aquila RH : située à Vandoeuvre-lès-Nancy, cette agence de prestations de recrutement d'intérim est dirigée par Rosalba Williams, qui affiche plus de vingt ans d'expérience dans ce secteur d'activité.
  • Le coq & le Crapaud : basée à Metz, l'enseigne spécialisée dans la tapisserie d'ameublement a été créée par Gildas François.
  • Sagest' : située à Heillecourt, cette société de services aux entreprises (secrétariat externalisé) est menée par Roxane Ponsart, qui sera d'ailleurs la marraine du nouveau Cercle des créatrices d'entreprises d'Alexis Lorraine annoncé à Nancy mi-décembre.
  • Classic'Chic : cet établissement de prêt-à-porter indépendant, basé à Sarreguemines, a été créé par Kévin Grimm.
  • Cabanes en Lorraine : ce complexe de gîtes dans les arbres a été pensé par Marc Obstetar et a trouvé domicile du côté d'Ancy-sur-Moselle.
  • La fabrique : cette librairie indépendante de Bar-le-Duc a ouvert grâce aux deux passionnés de littérature que sont Rémi et Aurore Grandidier.
  • Le Gastronome : ce restaurant et traiteur, basé à Hettange-Grande, est dirigé par Martial Serafin.
  • L'Âne bleu : Marie Claude Bichelberger n'a pas changé le nom de ce restaurant-crêperie d'Epinal quand elle l'a repris.
  • Les fondus de la Nied : ce fabricant de fromages de Lemud est piloté par Laurent Dumay.
  • Les ZArgonautes : Bénédicte Thiriez propose sur Thionville des services à la personne, notamment au niveau de la petite enfance.
  • Dperformance : ancien-entrepreneur, Guillian Demond abat aujourd'hui la carte de la SARL avec son garage de réparation auto de Maxéville.
  • RSTC (Réalisation Soudure Tuyauterie et Chauffage) : Joseph Parlagreco a rebondi après son licenciement économique en créant son entreprise à Behren-lès-Forbach.
  • Garage Heckel : Sabine Noël, ancienne commerciale chez Citroën, a repris ce garage de la marque aux chevrons à Basse-Ham.
  • La bonne Fournée : Jean-Marc Rein a repris le fonds de commerce de la boulangerie-pâtisserie à Hayange.
  • Platinium : piloté par Stéphanie Guidi, maître artisan coiffeur, ce salon de Saint-Dié-des-Vosges utilise 90 % de produits naturels.