Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Femmes responsables Lorraine

Marie Boonen, déléguée de l’association « Femmes responsables Lorraine » a accueilli, mercredi 24 février à l’hôtel Ariane, Anne Hoffalt-Friant, professeur d’iconographie, d’enluminures et de calligraphie.

Après une évocation de son parcours très dense et très éclectique qui l’a vue, après des études au lycée Henri Poincaré, se consacrer à la restauration de tableaux, à l’étude de l’art, et à l’archéologie chrétienne au Louvre, elle eut « la révélation » pour l’iconographie et l’enluminure. Son choix de vie était écrit, ou plutôt peint… Au fil du temps et après plusieurs voyages en Russie, Grèce, Egypte où elle fait de magnifiques rencontres, elle se convertit à la religion orthodoxe afin de mieux vivre son engagement spirituel. Elle devient professeur d’iconographie, d’enluminure (sacrée et profonde) et de calligraphie.

Elle crée, à Sarrebourg-Hoff, l’association « Icône et Patrimoine » et propose à ses élèves des voyages découvertes en Europe dans des sites dédiés et monastères coptes.

« L’icône, précise-t-elle, n’est pas qu’une illustration, c’est une mise en présence spirituelle. Ce n’est pas une idole que l’on adore, mais on la vénère. Peindre des icônes revêt, au fil du temps, un aspect sacramentel et devient une véritable vocation. Il faut d’ailleurs une petite ordination pour enseigner l’iconographie. »

Anne Friant propose ensuite aux participants, avec des diapositives savamment sélectionnées, d’en décrypter les techniques et mystères (perspectives, couleurs, pigments…). Les icônes sont peintes et écrites, sur des supports qui ne s’altèrent pas, le bois principalement, jamais de forme carrée, symbole de matérialité. Elles ne sont jamais signées et n’appartiennent plus à son auteur dès qu’elles sont bénites et remises à l’Eglise.

Son engagement, sa joie et son savoir ont été fort appréciés.

Exposition « icônes et enluminures » à Agincourt les 16 et 17 avril.