Le défi de l'apprentissage industriel

Finie l'époque où l'apprentissage était le parent pauvre des politiques de formation. "Il ne faut plus considérer les centres de formation des apprentis comme des voies de garage. Ces filières d'excellence offrent aujourd'hui des débouchés de qualité aux jeunes et des métiers avec de belles perspectives de carrière", a martelé Christophe Choserot, vice-président de la Région et maire de Maxéville, qui présidait samedi le lancement de la campagne de recrutement du CFA des métiers de l'industrie de Maxéville, en compagnie de Martial Munier et d'Etienne Mallher, respectivement vice-président et président de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie.

Les portes ouvertes organisées en parallèle ont attiré beaucoup de jeunes et de parents. Avant de visiter ateliers et salles de cours du pôle  de formation, Christophe Choserot a pris comme exemple l'excellence reconversion du site des anciennes aciéries de Pompey rappelant que le conseil régional était mobilisé derrière cette industrie qui se reconstruit en Lorraine, "la question de l'apprentissage est un vrai défi à relever et la Région dépense 1.5 million d'€ par jour pour la formation",a-t-il expliqué ajoutant que la ville de Maxéville avait eu un rôle de falicitateur en modifiant le PLU afin d'accueillir dans un avenir proche des apprentis en internat sur le futur campus qui accueilera aussi le Centre des études supérieurs de l'industrie et ses ingénileurs.

Selon Fanny Feller-Noris, directrice générale du pôle de formation des industries technologiques, "90% des jeunes qui sortent du CFAI trouent un travail dans les 6 mois". Restent que certaines filières comme la chaudronnerie ont du mal à trouver des candidats alors que les entreprises ont des besoins en personnels qualifiés. Les représentants de l'UIMM ont souligné que ce partenariat public-privé est de bon augure pour atteindre l'ojectif de 200 recrutements à la fin de l'année.

Ils ont recruté un expert, Christophe Bouton chargé de l'innovation et des compétences, afin de convaincre les PME de s'investir dans la formation des jeunes. Car jusque-là de nombreux postes étaient non pourvus. Les protagonistes se sont engagés à faciliter la mise en relation jeunes et entreprises..

www.saintjacquesactivites.fr

Sujets similaires

Inauguration bâtiment EDF

La pose de la première pierre a eu lieu le 21 janvier 2014 et la livraison du bâtiment a été réalisée en octobre 2014.

Le nouvel immeuble d'EDF a été inauguré le 23 avril 2015 dans la zone d'activités Saint-Jacques, à Maxéville (rue Albert-Einstein), en présence de Christophe Choserot, maire de Maxéville et vice-président de la Région Lorraine, de didier Guénin, délégué interrégional EDF Grand Est, et de Jacques Escaillas, délégué immobilier régional d'EDF pour le Grand Est.

Le bâtiment, offrant une surface de plus de 3.000 m2, regroupe, depuis décembre 2014, 180 salariés de la direction des services partagés (informatique, télécommunications, ressources humaines) et la division d'appui industriel à la production (DAIP) sur le Grand-Est, qui étaient auparavant en poste à Villers-lès-Nancy.

Une charte pour l'innovation

Lors du dernier petit déjeuner du Medef dans les locaux de la maison de l'entreprise, site Saint-Jacques, une cinquantaine de chef d'entreprises ont assisté à la signature de la charte entre le Medef 54 et C2IME, le commissariat d'investissement à l'innovation est à la mobilisation économique.

Les grands principes de ce partenariat : anticiper, détecter, accompagné, mobiliser les compétences.
Né en 2015, C2IME évalue et accélère les projets de création d'entreprise technologique innovantes.
Aujourd'hui, 26 entreprises ont bénéficié d'un accompagnement sur-mesure. C2IME intervient dans les projets de développement des PME PMI en Lorraine dans quatre secteurs : matériaux, énergie, procédés et numérique.